Avec Dany Marcadet. Cardiologue du sport au centre Coeur et Santé Bernoulli, à Paris (8e). Membre de la commission médicale de la FFGolf et de la FFT.

Est-ce que la pratique du golf permet de diminuer le risque de maladie cardio-vasculaire ?

Le fait d’avoir une activité physique régulière comme le golf est excellent pour la santé. Cela augmente la durée de vie en diminuant l’hypertension, le risque de maladies cardio-vasculaires et celui d’accidents vasculaires cérébraux. Une activité physique constitue un excellent médicament préventif des accidents mais, comme tous les médicaments, il doit être pris à la bonne dose. Il est conseillé, au minimum, d’avoir une activité physique 3 fois 30 minutes par semaine. Par contre, il faut être aussi prudent si vous jouez sur des parcours éprouvants physiquement. A partir de 40 ans, il est conseillé de faire un bilan cardiaque annuel avec votre médecin pour vérifier si tout va bien. Surtout si vous fumez, si vous avez du cholestérol, du diabète ou de l’hypertension ou encore si vous avez des antécédents de maladies cardio-vasculaires dans votre famille.      

Au niveau du cœur, quels sont les symptômes qui doivent inciter à consulter ?

Si vous avez des douleurs dans la poitrine, des palpitations, des essoufflements anormaux ou une fatigue inhabituelle en jouant, il est plus prudent d’arrêter et de consulter rapidement un médecin. Et ce même si cette douleur, cet essoufflement ou cette fatigue disparaissent après l’effort. L’objectif est d’éviter des accidents violents comme les infarctus ou de détecter des maladies comme les insuffisances cardiaques qui peuvent toucher des sujets jeunes. De la même façon, si vous êtes témoin d’un malaise sur un golf, il faut prévenir immédiatement le secrétariat du club. En général, il y a toujours un médecin en train de jouer qui pourra intervenir.  

Peut-on rejouer au golf après avoir fait un infarctus ?

Après un accident cardiaque, on peut tout à fait pratiquer une activité physique, à partir du moment où celle-ci est contrôlée. Bien sûr, cela dépend quand même de la sévérité de l’infarctus et de l’état clinique de la personne. En général, après un infarctus, la personne se retrouve dans un centre de réadaptation et suit un programme de remise en forme où elle va refaire de l’exercice physique comme du vélo par exemple. Le golf fait d’ailleurs partie des activités préconisées suite à un accident cardiaque ou vasculaire car c’est une activité physique à la fois modérée et de longue durée.

Il n’y a aucune contre-indication ?

Comme le swing lui-même ne demande pas une énorme dépense d’énergie, il n’existe quasiment aucune contre-indication. Pour les gens qui n’ont pas été opérés, ils peuvent reprendre le golf au bout d’un mois en refaisant d’abord quelques trous en voiturette, puis 9 trous à pied puis 18 trous. Pour les gens qui ont été opérés, par exemple ceux qui ont eu un pontage aorto-coronarien, la reprise est liée à l’évolution de la cicatrice de l’opération. Cela peut donc être un peu plus long. Cela dit, les gens qui ont subi un pontage jouent souvent beaucoup mieux après l’opération car, comme ils ont peur de se faire mal, ils ont tendance à moins forcer pendant le swing !    

De la même façon, peut-on rejouer après la pose d’un pacemaker ?

La plupart du temps oui. Après la mise en place d’un pacemaker, il faut attendre le feu vert du rythmologue qui va notamment vérifier que les sondes sont bien en place. Généralement, le golf peut être repris deux mois après l’intervention. Avant de se faire poser un pacemaker, il est important d’indiquer à l’implanteur que vous jouez au golf. L’idéal est que l’implanteur soit aussi un golfeur car il sera davantage au fait des contraintes liées à ce sport. Le boîtier, notamment, ne doit pas se situer trop près de la clavicule pour que les sondes puissent bouger un peu pendant le swing.

Risque d’infarctus

  • Symptômes : douleurs dans la poitrine, essoufflements ou fatigue anormale durant l’effort. Symptômes pouvant disparaître au repos.
  • Conduite à suivre : consultez dès que possible un médecin. En cas de malaise sur un golf, prévenir immédiatement le secrétariat du club pour faire intervenir rapidement un médecin.

Insuffisance cardiaque

  • Symptômes : essoufflements anormaux durant l’effort qui peuvent disparaître au repos.
  • Conduite à suivre : consultez dès que possible un médecin pour vérifier si tout va bien.

Prévention

  • A partir de 40 ans, effectuez un bilan cardiaque annuel avec votre médecin pour vérifier si tout va bien ou si vous êtes un sujet à risque.
  • Si vous avez tendance à mal dormir, à vous réveiller en étant fatigué ou à être tout le temps fatigué, consultez votre médecin pour détecter si vous avez un problème d’apnée du sommeil qui peut être source de problèmes cardio-vasculaires.
  • Evitez de fumer, même quelques cigarettes par jour.
  • Adoptez une alimentation variée en évitant les aliments trop salés, trop gras et trop sucrés.
  • Effectuez une activité physique régulière, au minimum trente minutes trois fois par semaine. Parmi les activités conseillées, le golf, la marche, la course à pied, la natation ou le vélo.
  • Evitez le stress et le surmenage.