Et de deux ! Collin Morikawa vient de triompher sur le links du Royal St George’s, à Sandwich, dans le sud de l’Angleterre. Cette victoire à l’Open Britannique est le deuxième succès en majeur pour ce jeune Américain de 24 ans, après son titre lors de l’US PGA en 2020. Deux victoires acquises lors de sa première apparition dans l’épreuve… Pour l’histoire, Morikawa rejoint aussi le club très fermé des joueurs ayant remporté deux succès en Grand Chelem avant l’âge de 25 ans et où l’on compte Jack Nicklaus, Severiano Ballesteros, Tiger Woods, Rory McIlroy ou Jordan Spieth…

Collin Morikawa en patron

Mais derrière ces records de précocité, Collin Morikawa est avant tout un farouche compétiteur, doté d’un jeu de fer précis et d’un putting assassin. Parti le dimanche, en dernière partie avec le Sud-Africain Louis Oosthuizen, à la recherche d’un nouveau titre à The Open, 11 ans après le précédent, l’Américaine d’origine japonaise allait prendre la tête du tournoi sur le 7 à la faveur d’un birdie contre un bogey pour « King Louis ». Morikawa n’allait plus quitter le haut du leaderboard, portant même son avance à 3 coups après deux nouveaux birdies au 8 et au 9.

Louis Oosthuizen, une nouvelle place d’honneur

Alors qu’il avait mené le tournoi depuis le premier jour, le presque vétéran Louis Oosthuizen, 38 ans, ne pourra faire mieux qu’un 71 (+1) lors de ce dernier tour. Il boucle cet Open Britannique à la 3e place finale ex-aequo et signe une formidable saison en Grand Chelem après avoir aussi terminé deux fois second lors de l’US Open et de l’US PGA ! Il laisse finalement à Jordan Spieth le soin d’aller disputer à Collin Morikawa la victoire dans ce dernier majeur de l’année.

Jordan Spieth, seul deuxième

Encore agacé par ses deux bogeys au 17 et au 18 le samedi, l’ayant privé de jouer en dernière partie, Spieth débute son dimanche par deux nouveaux bogeys au 4 et au 6 effacés par son eagle au 7. Quatre birdies jusqu’au trou 14 lui permettent de revenir à un coup de Morikawa… Mais du haut de ses 27 ans, le triple vainqueur en majeur butera sur un nouveau birdie au 14 du futur vainqueur. Jordan Spieth termine finalement seul 2e avec une dernière carte de 66, en -13, deux coups derrière Collin Morikawa.

Rahm et Koepka, partis de trop loin…

A l’arrière, personne n’a été en mesure d’inquiéter le futur « Open Champion ». Ni Jon Rahm, le vainqueur du dernier US Open qui a bien lancé une charge fantastique avec un eagle au 7, ayant frôlé l’albatros puis quatre birdies de suite du 13 au 16. Mais avec une ultime carte de 66, l’Espagnol, redevenu n°1 mondial, doit se contenter de la 3e place ex-aequo en -11, aux côtés de Louis Oosthuizen. Ni Brooks Koepka, auteur d’une belle dernière carte en 65, mais handicapé par un mauvais 3e tour en 72 (+2). Il prend la 6e place ex-aequo en -8.

Morikawa, 3e mondial !

Avec quatre tours dans les 60 (67, 64, 68, 66), seulement 4 bogeys en 72 trous, dont aucun sur ses 31 derniers trous, Collin Morikawa remporte ce 149e Open Britannique avec la manière. Son putting, il n’aura pris que 1,54 putts par green et sa moyenne de 75% de greens en régulation lui ont permis de s’imposer en -15, avec deux coups d’avance, sur le tracé du Royal St George’s. Une formidable performance qui le propulse à la 3e place du classement mondial.

Cinq Français au départ…

Du côté des Français, le cut a mis fin prématurément aux ambitions de Romain Langasque, 136e en +7, de Mike Lorenzo-Vera, 115e en +4 ou encore de Victor Perez, 78e en +2 et qui n’aura manqué de jouer le week-end que pour un coup. Une mauvaise semaine qui fait sortir le n°1 Français de la sélection automatique pour la prochaine Ryder Cup. Deux autres Français ont quant à eux réussi à passer le cut. Il s’agit d’Antoine Rozner, qualifié de dernière minute qui signe pour son premier Open Britannique une 59e place en +2, handicapé par une mauvaise dernière journée en 74 (+4). Notre meilleur tricolore cette semaine sur le links de St George’s est Benjamin Hébert, 33e, en -2 qui termine lui, en revanche, sur une belle dernière carte de 67.