Décidément, les tournois du Grand Chelem réussissent aux pros expérimentés ! Après Phil Mickelson, vainqueur du dernier USPGA, ily a quelques semaines, à plus de 50 ans, un autre vétéran des circuits professionnels s’est emparé de la tête du 121e US Open. A l’issue du 2e tour et deux cartes de 70 et 67 sur le South Course du Torrey Pines Golf Club, en Californie, l’Anglais Richard Bland pointe à -5. Vainqueur de son premier tournoi du circuit européen, le Betfred British Masters, en mai, Bland, 48 ans, partage la première place avec l’Américain Russell Henley, 32 ans et trois fois vainqueur sur le PGA Tour.

Les favoris en embuscade

Derrière, de nombreux favoris sont placés en embuscade. Le Sud-africain Louis Oosthuizen, 2e du dernier USPGA, pointe à -4, l’Américain Bubba Watson et l’Espagnol Jon Rahm à -3, Xander Schauffele à -2, Bryson DeChambeau, Collin Morikawa, Justin Thomas et Brooks Koepka dans le par. Rory McIlroy, lui, est à +1 tandis que Dustin Johnson se situe à +2. Enfin, Phil Mickelson, auteur d’une belle carte de 69 (-2), a réussi à franchir le cut fixé à +4. Il lui reste encore une petite chance de décrocher le seul Majeur qui manque à son palmarès.

Les Français ne passent pas le cut

Côté français, en revanche, c’est la déception. Pas assez précis en grand jeu (8 greens sur 18 seulement en régulation), Victor Perez, le n°1 tricolore, a enchaîné un second 75 (+4). Passé en +2 à l’aller, le Tarbais a vu ses derniers espoirs de qualification s’effondrer sur le 7, un par 4 où il a concédé un triple-bogey. Même résultat pour Paul Barjon, actuellement 8e du Korn Ferry Tour, qui a enchaîné un 78 (+7) après son 73 du 1er tour. Auteur d’un aller en +1, Barjon (12 greens sur 18 en régulation) ratait complétement son retour en concédant un bogey au 10, un double au 13 et trois nouveaux bogeys aux 15, 16 et 18.