Dimanche 11 avril, Hideki Matsuyama a écrit la plus belle page de l’histoire du golf japonais. En remportant la 85e édition du Masters, le n°25 mondial est devenu le premier joueur de son pays à s’imposer dans une épreuve du Grand Chelem. A 29 ans, il est devenu aussi le premier Asiatique à revêtir la fameuse veste verte.

Matsuyama passe l’aller avec cinq coups d’avance

Matsuyama, pourtant, aura tremblé jusqu’au bout. Parti au départ du 4e et dernier tour avec une confortable avance de quatre coups sur ses plus proches poursuivants, le bombardier japonais concédait un bogey dès le trou 1 après une mise en jeu égarée à droite. Trois birdies plantés aux 2, 8 et 9 lui faisaient passer l’aller en -2 pour une avance portée à cinq coups.

Schauffele craque sur le 16

Mais comment souvent à Augusta, tout allait se jouer sur les neuf derniers trous. Après un bogey au 12 vite effacé par un birdie au 13, la belle machine nippone s’enrayait à partir du 15. Un nouveau bogey (deuxième coup trop long dans l’eau du 16) voyait l’Américain Xander Schauffele, le partenaire de jeu de Matsuyama et auteur de quatre birdies de suite du 12 au 15, revenir à deux petits coups. Sur le 16, la tension jouait des tours aux deux hommes. Deuxième bogey de suite pour le Japonais et triple-bogey pour l’Américain qui expédie son coup de fer dans l’eau !!! Auteur d’un solide par au 17, Matsuyama se contentait d’un nouveau bogey au 18 (le 3e sur ses 4 derniers trous, le 5e de la journée) pour devancer d’un coup le jeune Américain Will Zalatoris, déjà au club-house.

Un dieu vivant au Japon

Déjà vainqueur à cinq reprises sur le PGA Tour, Matsuyama (69, 71, 65, 73) remportait ainsi son premier tournoi du Grand Chelem, là où son illustre aîné Isao Aoki avait échoué à plusieurs reprises. A 29 ans, il va devenir un véritable dieu vivant au Japon, l’un des pays où le golf est le plus populaire.